lire les textes
de référence

Choisir un enjeu

Annabelle

Posté le 18/02/2019

Réouvrir le cours des rivières

0 0

noé

Posté le 18/02/2019

Plus personne n'entretient les berges sauvages ou non. Seules les associations font ce qu'elles peuvent.
Chez Voies Navigables de France par exemple, le personnel est cloisonné dans une fonction unique. Pas d'élagage si éclusier. Tant pis pour l'intervention immédiate sur un problème qui s'aggravera.

1 0

Hacapy

Posté le 15/02/2019

La biodiversité vitale pour la vie sur notre planète, y compris pour l'espèce humaine est abordée en milieu scolaire. Il faudrait que cela continue dans toutes les formations professionnelles en l'adaptant si possible aux pratiques professionnelles. Ce n'est pas un gadget !

0 0

Mapie

Posté le 15/02/2019

Pour les actions restant à mener, concernant la continuité écologique et la restauration de la morphologie des rivières, les information sur les actions à mener figurent dans la partie à savoir. C'est bien, mais cela ne mets pas en avant ces actions comme étant incontournables sur bon nombre de masses d'eau.

0 0

JBREV

Posté le 15/02/2019

Préserver les zones naturelles existantes et reconquérir les zones humides altérées par l’activité humaine.
Reconstituer un paysage bocager pour limiter l'érosion et le ruissellement des sols qui endommagent les milieux aquatiques.
Restaurer la continuité des cours d'eau pour permettre aux espèces de remonter les cours d'eau et frayer.

1 0

villain

Posté le 14/02/2019

mieux sur veiller les entreprises (agricoles et industrielles) proches des cours d'eau, si petits soient ils

0 0

Annaig

Posté le 12/02/2019

Gestion naturelle des rivières
réimplanter de la biodiversité
Accompagner l'évolution naturelles des cours d'eau et des zones humides

0 0

Evelyne

Posté le 11/02/2019

Faire changer le regard des personnes sur les zones humides et cela ne pourra passer que par de l'éducation et de la sensibilisation à l'environnement

0 0

JR

Posté le 11/02/2019

J'ai beaucoup de mal à comprendre qu'au moment où les agences de l’eau voient leurs missions élargies à la reconquête de la biodiversité terrestre et marine par la loi du 9 août 2016, le XIème programme soit autant défavorables aux actions des associations avec un combat incessant pour montrer l'intérêt de l'action et des modalités de calcul de l'AESN basées sur un coût/jour inférieur à leur coût de revient.
C'est kafkaïen.

0 0

Linda Hue

Posté le 10/02/2019

Encore agriculture biologique (prairies pas de sol nu)
Arrêter les développements des centres urbains sur des terres agricoles
Taxer et punir les pollueurs

0 0

sur