lire les textes
de référence

Choisir un enjeu

MarieM

Posté le 02/05/2019

- Cet enjeu est commun à la politique de l'eau, à la prévention des inondations et à la politique en faveur de la biodiversité :
- Les propositions du récent rapport parlementaire Terres d'eau, terres d'avenir peuvent être reprises : http://rapportterresdeauterresdavenir.com/

0 0

Lina_78

Posté le 01/05/2019

le plus gros défi réside dans le nombre d'infrastructures en zone inondable qui continue d'augmenter malgré les PPRI et autres avancées... Surtout que les PPRI ne prennent pas en compte le risque ruissellement et le risque de remontée de nappe....
Pour limiter l'ampleur des crues, il faut ralentir les écoulements et redonner de l'espace à la rivière, ce qui signifie dans beaucoup de cas raser des équipements ou des habitations et ça, politiquement ce n'est pas soutenu partout loin de là.

0 0

Soo

Posté le 01/05/2019

Il faut inciter les agriculteurs a implanter des prairies en bordure des cours d'eau dans les zones d'expansion de crues. Ce qui implique aussi de mettre en oeuvre des actions pour redynamiser la filière élevage (extensif) pour valoriser ces prairies. Inciter l'implantation de haies à vocation hydraulique (c'est-à-dire permettant de limiter freiner les ruissellements est également primordial. La désimperméabilisation des sols en zone urbaine ou péri-urbaine est également un défi majeur qui passe par des politiques d'aménagement fortes voire par une taxe suffisamment élevée pour dissuader des aménagements trop consommateurs de terres agricoles et ne laissant pas l'eau s'infiltrer.

0 0

Gilles Dessilly

Posté le 28/04/2019

Les anciens seuils de moulins , forges, usines hydrauliques contribuent à casser la dynamique des crues et à minimiser les dégâts des eaux en créant les zones d'étalement autour du lit de la rivière. La politique actuelle d'arasement de ces seuils est catastrophique.

0 1

BG

Posté le 26/04/2019

Les zones naturelles d’expansion des crues sont effectivement une bonne solution au problème des inondations mais personne ne voudra les laisser à la nature. Pour favoriser leur développement, il faut développer des actions éducatives, des classes d'eau pour mobiliser les acteurs du territoire. C'est la seule manière de les motiver et de créer une nouvelle culture de la gestion des espaces naturels.

0 0

Commune de Saint-Maur-des-Fossés

Posté le 24/04/2019

Au regard du coût des grands ouvrages de stockage (pour mémoire 100 millions d’euros
pour le projet de site pilote de la Bassée, impact de – 8cm sur Paris) et de l’impossibilité de
se protéger contre toutes les crues, il est indispensable d’agir partout pour retrouver des
champs d’expansion des crues, ralentir les écoulements (zones humides, zones d’expansion
des crues) et limiter les ruissellements (infiltration de l’eau de pluie). Un travail concerté
avec le monde agricole doit être engagé pour agir également sur la contribution des
pratiques agricoles dans la gestion des inondations.

0 0

Emluvila

Posté le 24/04/2019

Surtout éviter des constructions, des infrastructures routières dans des zones à risques et faire en sorte que la législation soit RESPECTEE

0 0

Erwan

Posté le 24/04/2019

Arrêter de collecter les eaux de pluie et se concentrer sur de la gestion à la parcelle.
Favoriser la mise en œuvre par une collectivité de programme de déconnexion des eaux de pluie des particuliers au réseau (dans le cas du'n réseau unitaire)
Ne plus construire en zone inondable.

0 0

BOUCHARDEM

Posté le 22/04/2019

l'étalement urbain
le changement climatique
la protection des zones de prairie et des zones d'expansion des crues

0 0

Noel Flantier

Posté le 19/04/2019

Être en mesure d'avoir des leviers politiques, en terme de décisions mais aussi de financements. Restaurer des habitat naturels, développer l'agro-foresterie et les haies, conserver des zones tampons. Le but est de pouvoir supporter l'afflu d'eau tout le long du territoire

0 0

sur