lire les textes
de référence

Choisir un enjeu

Nathy

Posté le 02/05/2019

Au niveau local, les collectivités s'organisent mais souffrent de la baisse des aides fournies par les Agences de l'Eau.
1% du budget pour l'aide internationale n'est pas suffisant.
Il faut à tout prix rééquilibrer et renforcer le principe pollueur payeur pour ne pas tout faire reposer sur le secteur domestique.

0 0

MarieM

Posté le 01/05/2019

- Le Conseil scientifique du Comité de bassin participe à la gouvernance : valoriser ses travaux pour éclairer le public.`
Renforcer les approches sociologiques pour mieux comprendre les blocages et les leviers d'action,, impliquer les parties prenantes positivement.
- Mieux associer les différents acteurs moteurs pour le bon état écologique des milieux aquatiques et l'adaptation au changement climatique : tourisme, sports, loisirs, culture.
- Introduire les redevances en adéquation avec la hiérarchisation des enjeux : par ex. artificialisation des sols, perturbateurs endocriniens, ... au besoin en réajustant les redevances existantes.
- Renforcer l'incitation pour les solidarités amont/aval, ou territoires urbains/ruraux : par ex. soutenir les collectivités aval intervenant de manière positive en amont, ou bien sur des territoires à faible densité de population.
- Valoriser par des signes de reconnaissance explicites les territoires mettant en place des politiques solidaires.

0 0

Lina_78

Posté le 01/05/2019

Actuellement les collectivités sont toujours dans la phase d'adaptation des transferts de compétence liés à la GEMAPI. Cela fait 4 ans que l'on travaille à cela et aujourd'hui nous sommes encore confrontés à la plus grande incohérence de la loi NOTRE: les EPCI qui gardent la compétence GEMAPI sur certaines communes tandis que leur répartition géographique n'a aucune logique hydrographique. L'idée de simplifier les démarches en diminuant les acteurs avait du sens mais pas dans le découpage actuel des collectivités... Du coup, comment continuer à aider ce changement sans y perdre toute la logique de la gestion par bassin versant?

0 0

Soo

Posté le 01/05/2019

Maintenir les agences de l'eau, et la collecte d'une redevance spécifique pour l'eau qui garantit une solidarité de bassin et le financement des actions de gestion de le ressource en eau

0 0

Aurel

Posté le 30/04/2019

Les contrôles sur l utilisation de ces dubventions sont hélas inexistants ou alors peu efficaces ...

0 0

president adph chamesson

Posté le 30/04/2019

il est primordial pour l'acceptation des solidarités de rendre accessible à la population les tenants et les aboutissants des orientations politiques.

0 0

Gilles Dessilly

Posté le 28/04/2019

Les agriculteurs pratiquant l'agriculture intensive, qui sont les plus grands consommateurs d'eau et aussi les plus gros pollueurs sont surreprésentés dans la gouvernance des agences de bassin malgré leur très faible contribution au budget. Mais les usagers et riverains qui y contribuent majoritairement à travers les taxes payées sur leur facture d'eau n'y participent pas. Il y a la un déficit de démocratie scandaleuse et une dérogation au principe de pollueur-payeur auquel il serait bon de remédier rapidement.

0 0

Commune de Saint-Maur-des-Fossés

Posté le 24/04/2019

L’eau constituant un bien commun, il est important d’encourager les démarches de
sensibilisation, de concertation et de partage des décisions.
- L’animation locale qui est réalisée notamment par les syndicats et les SAGE permet, en
reposant sur une expertise locale, d’offrir un suivi qui facilite et incite à l’émergence de
projets et contribue efficacement à la sensibilisation. Il ne faut pas fragiliser ces dispositifs
mais les encourager

0 0

BOUCHARDEM

Posté le 22/04/2019

poursuivre l'entretien et le renouvellement des réseaux pour réduire les fuites et améliorer la qualité des rejets des stations d'épuration
développer les formations sur les problématiques du changement climatique
favoriser le travail des intercommunalités dans le cadre du bassin- versant pour gérer le risque inondation

0 0

Stella

Posté le 16/04/2019

En matière de gouvernance, un sujet fondamental n'est pas suffisamment abordé : l'éducation. En effet, tous les efforts que vous déployés seront vains si les acteurs concernés ne sont pas davantage mobilisés grâce à l’effet des actions éducatives. C'est par ce biais que la politique publique de l'eau pourra être efficace. L'éducation à l'eau peut mobiliser les jeunes mais également tous les acteurs : agriculteurs, industriels, élus... Vos administrations négligent ces actions et c'est bien dommage. Même lorsque les discours abordent ce sujet, les moyens déployés sont insuffisants.

0 0

sur